indigo

Vendu par sachet de 100 g ( pure poudre d’indigo / indigofera tinctoria)
Origine: Inde

Emballée sous vide + poche aluminium
Vendu par sachet de 100 g ( pure poudre d’indigo / indigofera tinctoria)
Origine: Inde
Emballée sous vide + poche aluminium
L’indigo est un colorant bleuté qui permet principalement de colorer les cheveux en brun ou noir (voir conseils ci-dessous). Cet indigo d’une grande finesse pousse naturellement dans les champs de mon fournisseur indien S.M Heena dans le Tamil Nadu.

5,00

Disponibilité : 184 en stock

La poudre d’indigo est emballée sous-vide et il faut la décompacter en la tamisant. Par dessus le sachet sous vide, il y a un emballage argenté soit neutre avec juste le nom de la poudre, soit avec une photo et des instructions. Cela dépend des arrivages. Mon fournisseur de toujours SM Heena utilise différents sachets en fonction des pays et moi, je ne lui demande rien de particulier si ce n’est d’être livrée au plus vite alors il m’expédie ce qui est déjà prêt. Sa poudre d’indigo donne un mélange très crémeux qui s’applique et se rince facilement.
Les poudres indiennes non ouvertes se conservent presqu’indéfiniment. Une fois ouverte, il faut les laisser à l’abri de la lumière dans un endroit sec et on peut les garder quelques années. J’ai de très vieux sachets de poudre qui colorent encore très bien.
L’indigo pur ne doit pas être utilisé sur des cheveux blancs ou blonds car il les colorerait en bleu. Il faut soit préalablement colorer les cheveux blancs ou blonds en roux avec du henné naturel (ou un mélange contenant beaucoup de henné naturel) soit mélanger l’indigo avec du henné naturel. Vous trouverez des recettes ci-dessous.
Pour aider à fixer l’indigo, on peut rajouter du bicarbonate et utiliser tout ce qui est riche en potassium : vinaigre de cidre  (pour le dernier rinçage mais pas dans la coloration) et sidr (poudre de jujubier).
Certain(e)s trouvent que l’indigo sèche les cheveux. On peut alors ajouter du yaourt ou du sidr au mélange d’indigo. La prise s’en trouve même parfois améliorée.
Généralement, il est déconseillé d’utiliser des produits gras avant ou pendant les colorations contenant de l’indigo mais certaines personnes ont ajouté un peu d’huile de coco sans constater de problème. Si vous en utilisez fréquemment, cela peut toutefois nuire à la prise de l’indigo. Dans ce cas, je vous recommande de faire un shampoing doux (sans après-shampoing) ou bien un lavage à l’eau argileuse ou bicarbonatée afin de bien dégraisser et optimiser la prise.
Il est aussi déconseillé d’utiliser des liquides acides  ( infusion d’hibiscus, jus de citron,  vinaigre, … ) pour préparer l’indigo.
Certaines personnes ne supportent pas l’odeur de l’indigo qui leur provoque des migraines et des nausées après un certain temps de pose. L’ajout d’huile essentielle de menthe douce (aussi appelée menthe verte ou menthe nanah)  est souvent efficace dans ce cas. Vous en trouverez dans la boutique.
Conseils d’utilisation:
L’indigo se prépare au dernier moment avec de l’eau chaude, du thé, une tisane de plantes (sauge, ortie, romarin, …) ou du café. Attention, l’indigo n’apprécie pas les liquides acides (à l’exception du yaourt)  et ne fait pas bon ménage avec la garance. Il prend aussi moins bien sur les cheveux qui ont des restes d’huiles ou de silicones. Il vaut mieux faire un shampoing avant de l’appliquer voire même un shampoing clarifiant s’il a toujours du mal à prendre. On peut faire un shampoing clarifiant maison  avec du bicarbonate ou de l’argile. Il ne faut pas mettre de démêlant avant de faire l’indigo ni utiliser de sidr. Le savon shampoing thé citron (ou le thé romarin) est idéal avant l’indigo. Le lavage au shikakai aussi !
Quelques idées de mélange:
– pour une couleur «  »châtain cuivré » » : 50 % d’indigo 50 % de henné naturel. La couleur sera plus cuivrée sur les cheveux plus clairs. (2 h de pose en moyenne).
– pour une couleur «  »noisette » » : 55 % d’indigo 45 % de henné. (2 h de pose en moyenne)
– pour une couleur «  »marron foncé » » : 60 % d’indigo  40 % de henné. Sur cheveux très blancs ou blonds clairs, il faudra faire une première étape au henné avant de poser le mélange «  »marron foncé ».  Préparer ce mélange avec une infusion bicarbonatée de campêche permet d’obtenir une couleur plus foncée avec des reflets acajous.  (2 h de pose en moyenne)
– pour une couleur noire: 75 % d’indigo, 25 % de henné. Sur cheveux blancs ou blonds clairs, il faudra faire une première étape au henné avant de poser ce mélange. Préparer ce mélange avec une infusion bicarbonatée de campêche permet d’obtenir une couleur plus foncée avec des reflets acajous.  (2 h de pose en moyenne)
– pour une couleur noir corbeau: 100 % indigo préparé avec une décoction bicarbonatée de campêche.  (2 h de pose en moyenne)
Préparation: On pèse les poudres choisies. On les met dans un saladier en les tamisant si elles sont emballées sous vide. On fait bouillir de l’eau . On peut aussi faire bouillir du thé ou une décoction (sauge, ortie, poudres colorantes, campêche…).

Quant l’eau ou la décoction bout, c’est le moment de se rendre dans la salle de bain avec le saladier et la casserole pour se laver les cheveux avec un shampoing (ni sidr, ni de démêlant). On peut utiliser un shampoing bio, un savon shampoing ou du shikakai. Il faut bien laver pour dégraisser les cheveux et le tour du visage. Ensuite, on emballe les cheveux dans une serviette et on prépare le mélange en versant le liquide très chaud. Si on veut, on peut ajouter un yaourt pour l’hydratation mais pas d’huile ou d’après-shampoing qui pourraient gêner la prise. La quantité de liquide est approximativement 400 ml pour 100 g de poudres mais il vaut mieux faire au pif de façon à obtenir une crème onctueuse mais pas trop liquide non plus (genre crème au chocolat).  Pour avoir une couleur bien foncée, on peut laisser le saladier dans un bain-marie chaud pendant l’application. le mélange s’applique raie par raie, d’abord sur les racines et ensuite si besoin sur les longueurs avec un pinceau spécial coloration avec un côté pour faire les raies et un pour appliquer le mélange. Si le mélange le permet, on peut aussi l’appliquer à la main gantée. J’emballe ensuite mes cheveux dans du film plastique. Je passe un coup de sèche-cheveux pour réchauffer puis je mets un bonnet et un foulard par dessus le bonnet. Je n’ai pas constaté que l’indigo se développait mieux à l’air libre. Le film plastique permet à l’indigo de bien se plaquer sur les cheveux blancs. Le bonnet permet de maintenir au chaud. Tout accessoire permettant de chauffer le mélange par dessus le plastique et sous le bonnet permettra aussi d’obtenir une couleur plus foncée (poches de gel chauffant, sèche-cheveux, bonnet chauffant, …).
Les quantités à prévoir dépendent de la longueur et de l’épaisseur des cheveux. Pour faire seulement les racines, deux tasses à café (environ 70 g) peuvent suffire. Pour une coupe courte, il faudra probablement un sachet.  Pour des cheveux plus longs, deux sachets au moins seront nécessaires.
Temps de pose: Personnellement, je me contente d’une heure de pose et cela me suffit. Au delà, je suis sujette à des démangeaisons du cuir chevelu. Mais plus le temps de pose est long et plus la couleur sera foncée. La couleur fonce encore dans les heures qui suivent le rinçage. Un très long temps de pose favorise l’apparition de reflets violines.
Vous pouvez profiter du rinçage pour vous délasser dans un bon bain chaud et plonger vos cheveux sous l’eau si vos canalisations le permettent. La méthode du seau est aussi très efficace, économique en eau et elle évite les dépôts dans les canalisations. Il s’agit de rincer les cheveux au dessus d’un seau et de jeter le contenu du seau dans les toilettes ou, si vous habitez comme moi en pleine campagne, par la fenêtre !!! Je rince ainsi mes cheveux deux ou trois fois au dessus d’un seau avant de faire un gros shampoing. En effet, on conseille souvent de ne pas faire de shampoing après la coloration mais j’ai constaté que si je ne le faisais pas, mes cheveux étaient moins beaux, parfois cartonneux et, surtout, que mon cuir chevelu me démangeait la nuit suivant la pose. Je fais donc toujours un ou deux gros shampoings khadi et je termine, depuis que j’ai à nouveau les cheveux longs, par un après-shampoing. Cela n’empêche pas ma couleur de bien prendre et de foncer dans les jours suivants. »

Pour que ma couleur tienne mieux, je l’entretiens ensuite en faisant des shampoings liquides avec du sidr.