Vous trouverez dans ma boutique sept hennés naturels cultivés dans différents pays. Parmi ces hennés, cinq sont des hennés très fins tamisés spécialement pour les tatouages au henné (henné du Rajasthan, henné Damask, henné Jamila, henné Tazarine, henné du Yémen). Ces hennés de qualité corporelle que l’on appelle BAQ (de l’anglais body art quality) permettent d’obtenir une crème très onctueuse qui s’applique et se rince très facilement. La couleur prend aussi mieux. Le cheveu est plus gainé qu’avec un henné moins fin ce qui peut avoir l’inconvénient de lisser les cheveux, en particulier sur le long terme. En terme de couleurs, les différences entre les hennés BAQ sont très faibles dans mes tests sur laine: ils donnent tous un roux bien foncé. C’est un peu à chacun de tester et choisir le henné qui lui convient le mieux. Aucun de mes hennés n’a de label bio: le henné est une plante qui pousse naturellement.
Le henné d’Egypte est le seul henné de ma boutique qui n’est pas BAQ. Il est moulu et conditionné par mon herboriste français. Il peut avoir l’avantage de moins lisser les cheveux mais sa texture plus grossière rend son application et son rinçage plus difficile par rapport aux autres hennés. La couleur obtenue sur laine blanche est un roux moins foncé que celui obtenu avec les hennés BAQ.
Le henné du Rajasthan (Inde) de ma boutique  provient de mon fournisseur indien SM Heena, le fournisseur de mes débuts à qui je suis toujours restée fidèle. C’est un producteur de henné depuis plusieurs générations. Il est basé dans la capitale indienne du henné, Sojat. Ce henné de qualité corporelle est emballé sous vide pour une conservation optimale: le sachet est dur et la poudre aussi. Il faut bien la décompacter en la tamisant et en remuant avec une fourchette. On peut aussi la passer au mixer.  La préparation est donc moins aisée que pour les autres hennés qui ne sont pas emballés sous vide. Il faut beaucoup mélanger pour éviter les grumeaux, en ajoutant l’eau progressivement. On peut faire le mélange une heure avant ce qui permet aussi de mieux dissoudre les grumeaux restants. On obtient au final un mélange très gluant qui adhère parfaitement aux cheveux et que l’on applique facilement à la main.  La couleur obtenue sur laine blanche avec ce henné est parmi les plus roux foncé.
Les hennés du Pakistan (Damask et Jamila) ont la particularité de foncer énormément après le rinçage… Il ne faut donc pas se fier à la couleur obtenue après le rinçage. Quand on les prépare, on obtient très facilement une crème parfaitement lisse qui ressemble à de la crème au chocolat. Ils s’appliquent et se rincent très facilement. Certaines trouvent que ces hennés apportent plus de volume aux cheveux. Le jamila a donné la couleur rousse la plus foncée dans mes tests de décembre 2020.
Le henné Tazarine (Maroc) est également un henné très facile à préparer qui donne un roux lumineux sur laine blanche.
Le henné aux plantes (Inde) est un mélange constitué de 86% de henné et de 14 % de poudres ayurvédiques indiennes qui permettent de soigner les cheveux. Il est préparé par mon fournisseur indien de henné. Il permet de colorer les cheveux tout en leur offrant le bénéfice de toutes les autres poudres indiennes qui lui sont associés. Il est aussi fin qu’un henné BAQ. Comme le henné du Rajasthan, il est emballé sous vide pour une conservation optimale: le sachet est dur et la poudre aussi. Il faut bien le décompacter en le tamisant et en remuant avec une fourchette. On peut aussi passer la poudre au mixer.  Il faut beaucoup mélanger pour éviter les grumeaux, en ajoutant l’eau progressivement. On peut faire le mélange une heure avant ce qui permet aussi de mieux dissoudre les grumeaux restants. Dans mes tests sur laine blanche, il a donné la couleur rousse la plus claire et la plus lumineuse.
Le fameux henné du Yémen est très fin et colore les cheveux blancs en roux foncé. Il est très difficile de s’en procurer et je suis souvent en rupture de stock de ce henné.