Pour faire un bon gros henné, la quantité de henné à préparer dépend de la longueur de cheveux à colorer et de l’épaisseur.
Il faut compter (pour tout recouvrir comme si on mettait de la crème sur un gâteau):
– 100 g pour des cheveux courts (j’utilise trois tasses à café de poudre)
– 200 g pour des cheveux aux épaules
– 300 g pour des cheveux en haut du dos
– 75 g si on ne fait que les racines (environ deux tasses à café de poudre).
Certains hennés peuvent avoir besoin d’être tamisés. C’est le cas des hennés d’Inde qui sont emballés sous vide (henné du Rajasthan et henné aux plantes) et dont la poudre est dure. La tamiser permet de l’aérer. Le henné d’Egypte, qui contient quelques brindilles, peut aussi être tamisé. Retrouvez en haut de cette page des conseils pour éviter les grumeaux avec le henné du Rajasthan et le henné aux plantes.
On lit parfois que le henné doit être préparé un certain nombre d’heures à l’avance selon le type de henné pour « libérer » les pigments ou qu’il faut préparer le henné la veille avec du jus de citron pour obtenir une couleur plus foncée. Mes tests montrent pourtant le contraire: j’obtiens pour tous mes hennés une couleur plus foncée quand je prépare les hennés au dernier moment avec de l’eau bouillante… J’ai testé des hennés préparés la veille ou un certain nombre d’heures avant la pose, en fonction des indications données par les fournisseurs et la couleur obtenue est toujours moins foncée qu’en préparant simplement le henné à l’eau bouillante au dernier moment. Par contre, si l’on prépare la pâte à l’avance et qu’on la réchauffe au bain-marie ou bien sur un poêle, la couleur obtenue est plus foncée. En fait, la chaleur est le paramètre le plus important. Peu importe la préparation, si l’on réchauffe le henné et l’applique très chaud, on obtient une couleur plus foncée. Pour obtenir une couleur foncée, il faut donc réchauffer le henné, le laisser dans un bain-marie chaud pendant la pose, mettre un plastique, passer un coup de sèche-cheveux, recouvrir d’un bonnet… Inversement, pour une couleur moins foncée ou plus cuivrée, il peut être intéressant de préparer le henné quelques heures à l’avance et de ne pas le réchauffer. L’ajout de jus de citron la veille donne une couleur moins foncée (type blond vénitien sur laine blanche) alors qu’ajouter du jus de citron au dernier moment donne une couleur qui fonce plus dans les jours suivants…
On peut préparer le henné avec de l’eau bouillante, du thé ou une infusion de plantes. Pour une couleur moins foncée, on peut le préparer la veille avec du jus de citron. Le henné ayant parfois tendance à sécher les cheveux, on peut commencer par ajouter un yaourt avant de mettre le reste de liquide ou bien ajouter juste avant la pose une cuillère à café d’huile (mais pas si on compte faire une deuxième étape après le henné).
On conseille souvent de verser 400 ml de liquide pour 100 g mais le mieux est d’ajouter du liquide de façon à obtenir un mélange bien crémeux. Une pâte plus liquide pénètre mieux. Au besoin, on peut ajouter un peu d’eau dans le mélange pendant l’application. On peut mettre  quelques gouttes d’huiles essentielles de lavande ou de tea-tree dans le henné en cas de démangeaisons.
Certains congèlent leur henné ce qui permettrait d’obtenir des tons encore plus rouges. On le décongèle doucement dans un bain d’eau chaude avant de l’utiliser.

L’application
Pour une couleur très foncée, il est important de réchauffer le henné au bain-marie avant de l’appliquer et de laisser le bol de henné dans la casserole d’eau chaude pendant l’application. Le henné s’applique au pinceau ou tout simplement à la main gantée. Je vous conseille de vous asseoir face à un miroir dans un endroit bien éclairé. On peut appliquer le mélange sur cheveux secs ou mouillés, ça dépend des goûts et ça n’a pas une grande influence. La pose se fait raie par raie, en utilisant un crayon ou le bout du pinceau pour faire les raies. Si l’on veut tout colorer, aucun cheveu ne doit dépasser. Il faut mettre la dose. Certaines appliquent le henné en massant, sans faire de raies, et obtiennent aussi de bons résultats. A la fin, on emballe les cheveux avec du film plastique puis du tissu (un vieux traversin, un bonnet, …). On peut passer un coup de sèche-cheveux par-dessus le plastique de temps en temps pour intensifier la couleur. Plus le henné sera chaud et plus la couleur sera foncée. On garde généralement le henné quelques heures sur la tête. Certaines aiment garder le henné toute une journée ou toute une nuit sur la tête mais si vous avez le cuir chevelu sensible, il vaut mieux ne pas le garder trop longtemps. J’ai récemment expérimenté un temps de pose de seulement 30 minutes et j’ai obtenu un très bon résultat. Toutefois, plus on le garde et plus la couleur obtenue est foncée, notamment avec les hennés du Pakistan.

Le rinçage
Vous pouvez profiter du rinçage pour vous délasser dans un bon bain chaud et plonger vos cheveux sous l’eau si vos canalisations  le permettent. La méthode du seau est aussi très efficace, économique en eau et elle évite les dépôts dans les canalisations. Il suffit de remplir un seau d’eau chaude, de tremper les cheveux dedans pour enlever le plus gros avant de terminer le rinçage sous le jet. Vous pouvez ensuite jeter le contenu du seau dans les toilettes ou, si vous habitez comme moi en pleine campagne, par la fenêtre !!!
Il vaut mieux faire un shampoing ou un après-shampoing après un pur henné : cela permet de bien enlever les résidus et de prévenir d’éventuelles démangeaisons. Toutefois, évitez de faire un après-shampoing si votre henné est une première étape avant un mélange contenant de l’indigo ou du katam car cela pourrait empêcher ce mélange de se fixer.
La couleur va s’approfondir les jours suivants le henné, notamment avec les hennés du Pakistan, et elle vire parfois au rouge après un premier shampoing (notamment le shampoing à l’amla).

Mini-hennés
Cette technique simplissime, économique, vite préparée, vite appliquée et vite rincée donne pourtant de bons résultats, même avec beaucoup de cheveux blancs. Elle est idéale lorsque l’on veut obtenir de l’acajou en faisant de très nombreux hennés.
Je mélange 5 grosses cuillères à café de henné avec un tout petit peu d’eau bouillante dans un grand saladier, de façon à obtenir une crème épaisse (consistance classique d’une bonne crème de henné, ni trop liquide, ni trop épaisse) au fond de mon saladier. Je mouille mes cheveux et j’applique ce mélange en massant tête en bas, au dessus du saladier que je place dans la baignoire. Le saladier permet de récupérer tout ce qui tombe lors de l’application afin que toute la crème finisse bien sur la tête. Je ne mets pas de gants car cela va si vite que même si les mains sont un peu oranges, cela ne dure pas et part vite. Je termine en essuyant mes cheveux sur le rebord du saladier.  Je mets un bonnet de douche puis un bonnet de laine et un turban pour éviter les coulures. Je laisse poser deux heures, je rince avec deux shampoings doux.

Les mélanges de poudres
On peut ajouter d’autres poudres au henné :
– pour soigner (poudres ayurvédiques comme le neem, le maka, l’amla…). Il vaut mieux ne pas dépasser quelques cuillères à soupe pour ne pas diminuer la couleur. Ajouter ces poudres au henné au moment de sa préparation.
– pour changer la couleur (brou, indigo, …).

Petits désagréments…
Démangeaisons
Si vous avez le cuir chevelu sensible et que vous avez quelques démangeaisons après avoir fait un henné, vous pouvez ajouter une cs d’huile dans le henné. Le neem semble aussi efficace, on peut alors en ajouter un peu dans le henné. Il faut aussi diminuer le temps de pose. En dernier recours, un truc très efficace consiste à remplacer le plastique par un bas-résille bien troué. La pose à l’air libre est très efficace contre les démangeaisons. Par contre, le mélange sèche vite ce qui rend le rinçage plus difficile et la prise moins bonne. Je vous conseille de vaporiser de l’eau de temps à autre pour éviter que le mélange ne sèche trop vite.
Attention toutefois aux démangeaisons persistantes car elles peuvent provenir, ce qui est heureusement très rare, d’une allergie au colorant du henné.

Cheveux secs
Le henné peut assécher les cheveux, surtout s’ils ont déjà une tendance sèche. Dans ce cas, on peut ajouter à la pâte du yaourt (au moment de la préparation) ou une cs d’huile, de miel, de mélasse ou d’après-shampoing (juste avant l’application).

Boucles…
Le henné a tendance à raidir les cheveux, même si ce n’est pas automatique. Le henné du Yémen est celui qui raidit le plus les cheveux et de façon général, les hennés BAQ raidissent plus les cheveux.
On peut ajouter un peu d’amla au henné pour contrer cet effet.

Trop rouge…
Les couches se superposant, plus vous ferez de henné, plus vos cheveux seront foncés. Si vous souhaitez garder une couleur claire, une fois la couleur voulue obtenue, ne faites que les racines ou bien coupez le henné avec du henné neutre (cassia)  ou utilisez de temps à autre la rhubarbe ou le rhapontic.